الفتــــــرة الرومانيـــــــة - أفريقـــــــــيا نـــــوفا من 146 قبل الميلاد إلى428 م

Époque Romaine - Africa Nova vers 146 av. J.C / 428 ap. J.C


                                                  معبـــــــــد مينيــــــــرف و باب كركــــــــــلا                                                                                            Temple de Minerve et Porte Caracalla


Tous ceux que les ruines d'Afrique nous ont conservés ; leur nombre est incalculable, chaque cité tenant à honneur d'en posséder plusieurs, et leurs dispositions ne variant guère. Deux d'entre eux méritent pourtant encore une mention, l'un parce qu'il est presque intact, l'autre à cause de son originalité. Le premier est le temple, dit de Minerve, à  Tébessa ; il sert aujourd'hui de musée après avoir été transformé successivement, depuis la conquête française, en fabrique de savon, bureau du génie, tribunal musulman, cantine, cercle militaire et église. On y montait par un escalier d'une vingtaine de marches ; le portique antérieur compte quatre colonnes de façade.

     Comme plusieurs des sanctuaires décrits plus haut, sur deux de profondeur et la cella est flanquée de quatre pilastres. La partie supérieure est lourdement ornementée. L'architrave qui surmonte les colonnes et les pilastres est divisée en panneaux carrés, décorés de bucranes et d'aigles, aux ailes ouvertes, tenant dans leurs serres des serpents ; au-dessus, un attique non moins chargé, présente alternativement des trophées, des victoires, des images divines, des cornes d'abondance croisées, des guirlandes, des rosaces, des masques, d'autres motifs encore ; tout cela intéressant par la recherche et le travail, mais d'une richesse outrée et presque déplaisante.

     Pourtant ce qui choque encore davantage, c'est l'absence de tout fronton. Il ne semble pas qu'il ait jamais pu en exister ; peut-être l'édifice était-il couvert par un toit à quatre pentes. On l'a appelé « Temple de Minerve » parce que l'on a pris pour des chouettes les aigles de l'entablement. On ignore à quelle divinité il était dédié.

(Les villes d'art célèbres – Carthage, Timgad, Tébessa – Les villes antiques de l'Afrique du Nord – René CAGNAT – 1909 –Pages 84-85)